1 004 vues 21 min 0 Commentaire

Baller and Fashion : Hamady N’Diaye

- 9 février 2024

Que ce soit en France, aux États-Unis ou dans n’importe quel autre championnat de basket, les joueurs dévoilent leur intérêt pour la mode, notamment au moment de se rendre aux matchs. Beaux vêtements, accessoires, sneakers, toutes ces pièces sont de plus en plus mises en avant par les joueurs et leurs clubs notamment à travers les réseaux sociaux.

Pivot de Nanterre 92, Hamady N’Diaye fait partie de ces joueurs de Betclic Elite qui ont un attrait tout particulier pour la mode. Il nous explique d’où ça vient, nous parle de ses références en matière de style et nous propose plusieurs tenues pour différentes occasions.

D’où vient ton attrait pour la mode ?

Ma mère a été designer. Elle cousait les habits au Sénégal quand j’étais tout petit, elle a son atelier à la maison et elle a aussi fait des défilés de mode au Sénégal. Et en tant que designer, si je me souviens bien, elle a même gagné. Ça a commencé de là. C’est un truc qui m’a toujours un peu impressionné de savoir comment faire les habits, et puis comment les styler de toi-même. Elle, c’est ma première inspiration. Elle est incroyable avec. Elle met des habits, tout ce qui est design, même à la maison, les fournitures. Les fourniture, elle sait comment les habiller d’une certaine manière. Elle a toujours eu ce côté styliste que j’ai un peu en moi aussi, mais beaucoup moins. Même en allant à l’université et pendant mes premières années en NBA, elle me faisait toujours mes costumes, dans des styles un peu différents. Mes costumes et tous les habits qu’elle-même me faisait avaient un style africain imprégné à l’intérieur. J’avais toujours des costumes différents des autres. J’ai toujours voulu avoir une différence qui parle un peu de mon identité, qui parle du passé ou de mes traditions. J’avais toujours des patterns africains ou sénégalais sur mes costumes, à l’intérieur ou sur ma chemise. Il y avait toujours quelque chose qui te donnait un peu de mon identité. Ça choquait toujours de voir que je ne faisais pas juste le classique. Pour moi, le style, c’est ton identité. Ça fait partie de ta vision.

Ma femme est aussi designer et styliste, donc ça continue. Elle a travaillé pour de très grosses marques aux États-Unis pendant très longtemps. C’est dans la même lignée que ma mère. Elle voit les choses que je n’arrive pas à voir jusqu’à ce que je me mette devant le miroir. C’est ce genre de choses-là qui, pour moi, c’est une vision que la plupart n’ont pas. Dans le monde où on vit aujourd’hui, souvent on dit que le style, c’est les marques. Les grandes marques, les gens qui portent tout ce qui est super cher. Alors que ça n’a jamais été ça pour moi. C’est comment est-ce que tu arrives à faire passer un message par ce que tu portes. Quand une personne te voit, immédiatement, à quoi elle pense ? Ce ne sont pas les marques. Ce n’est pas montrer que tu as l’argent. Non, c’est comment est-ce que j’ai pu faire quelque chose qui donne un message.

Les couleurs, les choses que tu ajoutes à tel ou tel vêtement, qui tout d’un coup peut passer d’un simple tee-shirt à un high fashion. C’est ça la fashion pour moi. C’est ça que j’ai toujours adoré. C’est cette partie-là qui, jusqu’à présent, je le fais tous les jours, tout le temps, à chaque match. C’est une habitude que j’ai toujours eue en match. M’habiller d’une certaine manière pour me sentir bien dans ma peau. Je donne un message en arrivant, je suis là pour le business.

Est-ce qu’il y a une personnalité qui t’a inspiré ou qui t’inspire aujourd’hui dans ta façon de choisir tes vêtements ?

À part ma mère et ma femme, je suis toujours basé dans la famille. Quand mon père voyageait, il était toujours très bien habillé. Dans ses réunions, il disait toujours un truc que depuis j’ai gardé. “Pourquoi toujours porter un costume ou une chemise si tu peux porter quelque chose de différent dans une réunion ?”. Et ça m’avait choqué de me dire que c’est vrai. Il ne faut pas toujours juste faire ce que tout le monde fait mais être un peu différent. Il y a des artistes et des designers qui me touchent un peu dans leur manière de s’habiller. Tu prends un gars comme Jimi Hendrix, qui est un peu rock’n’roll, mais il s’habillait d’une certaine manière avec les couleurs et avec les chemises ouvertes. C’est une manière de s’habiller qui te donne une certaine attention. Lenny Kravitz est un peu comme ça, Pharrell Williams aussi. Puis, tu as les designers comme Virgil Abloh ou Karl Lagerfeld. Karl pour moi, c’est un modèle qui, pour lui, il avait toujours le même look, mais c’était toujours différent. Et ça, c’est ce genre de choses-là pour moi qui me choquent et que j’aime bien représenter. À ma façon, tu peux porter les mêmes choses, mais en même temps, tu peux créer une nouvelle image à chaque fois que tu t’habilles. Ça donne envie aux gens de te poser des questions. “D’où est-ce que ça vient ? Comment est-ce que tu as mélangé ? C’est un tee-shirt tout simple ou c’est une chemise que tu mélanges avec une écharpe ?”. Ça donne un look différent. Quand tu mets l’écharpe au cou, que tu la mets sur la tête, que tu la mets sur la poche de ton pantalon, ça donne un truc différent. Maintenant, c’est un peu plus facile parce que ma femme est super. Elle fait de ces arrangements… Moi, je fais la base et des fois je me retrouve avec des trucs que je n’aurais jamais imaginé mais qui sont parfaits.

Tenue du moment :

Cette année, c’est surtout l’écharpe. Mais pas les écharpes normales, un peu foulard. Les écharpes stylées, avec des couleurs, qui ne sont pas forcément pour le froid. Le but est de trouver une manière de mettre cet élément-là et de l’incorporer avec mes vêtements.

Au début de l’année, je me souviens, j’avais une écharpe sur l’épaule qui faisait toute la tenue. J’ai juste mis un pullover. Et au-dessus, il y avait l’écharpe sur l’épaule gauche qui pendait parfaitement d’un côté. On avait l’impression que ça faisait partie du pull, alors que non. J’aime ajouter l’écharpe au cou. Que je la mette à l’intérieur avec une chemise ou bien juste au-dessus du manteau. J’aime l’effet d’avoir un truc simple entouré, tout d’un coup, tu mets un truc qui attrape l’œil. Et qui fait questionner un peu d’où est-ce que ça vient. Cette année, je dirais que j’ai porté beaucoup plus d’écharpe que d’habitude. Juste parce que je voulais changer un peu.

Tenue de soirée :

Avec ma taille, c’est difficile. Je n’aime pas trop être vu en soirée. Déjà que je ne sors pas beaucoup. J’aime bien être clean et simple quand je suis en soirée. Pas trop montrer la valeur des choses pour que seuls les connaisseurs puissent savoir ce que je porte. Par exemple, j’aime les pièces qui sont comme les belles montres. Il faut avoir un œil fin pour voir une montre et dire « ça c’est une belle montre ». Pas comme une montre tout en diamant. Une montre que quand une personne qui connaît pas regarde, elle se dit simplement « ah ouais, lui, il a du style parce que sa montre, elle va bien avec son outfit ». Chez une personne, je ne regarde pas les marques que tu vois partout. Quand tu vois le Louis Vuitton partout ou le Gucci partout, je me dis « tu veux te faire voir ? ». J’aime ce qui me fait poser la question « qu’est-ce qu’il porte ? ». D’où que ça vienne parce que c’est beau, c’est clean sans que ce soit écrit partout. Ça, c’est du style. Ça, j’aime bien. Ça ne veut pas dire que tu ne pas porter parfois des marques visibles parce que ça va avec le style aussi. J’aime les gens qui ne veulent pas se faire voir avec les marques qu’elles portent. Mais, une personne qui connait, elle va te regarder et elle va dire “waouh ! Là, tu as bien stylé ton look”. Pour sortir et tout, j’aime bien les manteaux. J’aime bien les pullovers pas trop lourds juste parce que tu dois souvent enlever les manteaux et montrer le reste de l’outfit. J’aime être simple avec un jean simple bleu ou noir. Et l’outfit est vraiment au-dessus de la tête. Tout ce qui est de la tête et du torse, là tu peux voir que j’ai quelque chose.

Tenue pour aller au match :

Chaque match, je m’habille d’une certaine manière parce que c’est mon mood. Mon mood est très important en jour de match. Des fois, je ne me sens pas très bien. Donc, je peux porter du noir et arriver en match quand même bien stylé. Ou bien je suis super joyeux et je mélange certaines couleurs du jaune, du vert… Des couleurs qui vont ensemble. Des fois aussi, je fais mon outfit et après, ma femme ajoute des choses. Je me dis “waouh, c’est exactement ce que j’avais en tête”. Et ça, c’est très important.

Avant, quand j’arrivais au match, en Europe ou en Asie, les gens ne s’habillaient pas vraiment pour aller au match. Quand l’équipe adverse arrivait et qu’ils me voyaient bien habillé, je voyais qu’ils se posaient des questions. « Mais il se prend pour qui, lui ? Qu’est-ce qu’il fait ? C’est quoi son truc ? » Alors que tu ne comprends même pas que je le fais pour moi-même. Je m’en fous de ce que tu penses vraiment, mais mon match a commencé avant même que je sorte de chez moi. C’est le genre de choses qui m’ont toujours fait plaisir à la fin de l’année quand je vois que tous les vestiaires sont super bien habillés. Quand on arrive et que tout le monde essaie d’impressionner l’un et l’autre, ça me donne le sourire. Tu vois qu’il y en a qui ont toujours eu envie, mais qui n’ont pas osé. Tu leur donnes juste une chance de faire. Ce n’est pas une compétition.

Tenue de tous les jours :

Au quotidien, j’essaye de m’habiller mais pas autant que ça. Surtout ici, parce que comme je n’habite pas en France, je n’ai pas toute mon armoire. Quand je suis à la maison, c’est différent. Tous les jours, c’est comme un game pour moi. Si je dois sortir ou recevoir des gens à la maison, c’est aussi différent. Il y a toujours un niveau à maintenir mais ici j’aime bien être à l’aise. Avoir des survêtements qui sont toujours différentes couleurs. Comme je vais à l’entraînement deux fois par jour presque, ça ne sert à rien d’en faire trop.

Y a-t-il des accessoires que tu aimes bien porter ?

Les montres. Il y a deux marques que j’aime bien, Audemars Piguet et Hublot. Ce sont mes deux préférées juste parce qu’ils ont souvent des modèles très simples qui ne sont pas trop extravagants. Quand tu les vois comme ça, ça ne te donne pas trop d’indication. Quand tu vois une Rolex, tu sais tout de suite que c’en est une. Et je pense que le temps des Rolex est un peu passé. Mais ça garde une valeur.

Donc, j’ai des montres Audemars Piguet et Hublot que j’adore juste parce qu’elles sont simples. Tu peux les porter avec n’importe quel outfit. Surtout Hublot. Ça a été mes préférées pendant très longtemps parce qu’ils avaient des modèles assez simples. Et quand tu connais, tu connais. Mais en ce moment, je les porte que pour les grandes occasions. J’ai mon coéquipier, Justin Bibbins qui sait. Dès que je porte une de mes montres, il me dit « ah ouais, aujourd’hui, tu vas casser les planchers ». Et c’est ça dont je parlais. Tu ne t’en rends pas compte, mais quand tu t’approches, tu fais « waouh, ok ».

Qui s’habille le mieux à Nanterre ?

Ça, c’est une bonne question. À Nanterre, j’aime bien le style de Joël Ayayi cette année. C’est rare d’avoir des coéquipiers qui aiment le style ou qui aiment bien s’habiller. Au début de l’année, d’habitude, il n’y a que moi qui arrive. Je suis toujours habillé en match et tout le monde se marre au début. Mais au final, tout le monde commence à s’habiller aussi. Et ça fait plaisir à voir. Mais Joël est arrivé cette année avec du style direct. Juhann Begarin aussi. Et même Justin Bibbins qui, pendant des années était très simple, a fait évoluer son style. J’aime bien voir qu’il ose essayer certaines choses maintenant. Et c’est très important. Bastien Pinault a un style, mais il hésite toujours à essayer certaines choses. Il a un beau style, j’aime voir l’évolution. J’aime voir l’évolution des joueurs. Mais Joël et Juhann, ils ont un style que j’aime bien. Joël n’hésite pas à porter certaines choses. Même moi, des fois, j’hésite, mais lui il le fait. Respect.

Conseil Mode

À mon avis, il faut que ce soit une partie de toi. Pas une tenue que tu as juste vu sur des gens. Il faut être différent des autres. Il faut que ça t’appartienne et que tu te sentes confortable. Pour moi, c’est mon mood. Je me sens hyper confortable quand je m’habille. Ce n’est pas pour que les gens me voient. Non, c’est pour moi-même. Quand je rentre chez moi, même avant de me déshabiller, je me dis “ok, aujourd’hui, je me suis très bien habillé”. Ce n’est pas pour le monde autour. Souvent, on fait la confusion entre s’habiller pour soi-même et s’habiller pour que les gens voient. Ça n’a rien à voir. Ça fait des années que je le fais pour moi. Au début de saison, souvent, il y en a même qui se moquent. Je me souviens quand j’étais en NBA, avec les Javale McGee et consort. Ils nous filmaient à l’entrée et ils montraient ça sur le grand écran à Washington. Ce sont des moments comme ça qui me font toujours rire parce qu’au début, tu voyais que tout le monde était assez simple. Puis après, les styles commencent à monter en vitesse. Tout d’un coup, les gars commençaient à arriver en costume trois pièces. Tu te dis “wow, ok”. Ce genre de choses-là, pour moi, sont importantes. J’aime voir l’évolution des styles des gens. Souvent, on hésite. On me dit que c’est juste un match de basket. On met sweatshirt, on va au match et on rentre. Après, tu te rends compte que moi j’arrive au match, je me sens bien, je joue bien et je m’habille bien pour rentrer chez moi. Au final, c’est toute la journée qui devient le match.

Commentaires fermés