599 vues 6 min 0 Commentaire

La réf : EP.7 : JL Bourg-en-Bresse / Atlético Madrid

- 15 janvier 2024

Septième épisode de « La réf », cette fois-ci, on compare un club du championnat de France de basket avec un club du championnat espagnol de football. La JL Bourg-en-Bresse et l’Atletico Madrid, deux équipes réputées parfois sous-estimées, performantes en attaque comme en défense et dans le top de leurs championnats depuis des années. Alors, est-ce que t’as la réf ?

Quand on parle du basket français, on pense souvent aux grandes entités comme Limoges, Pau, Cholet ou encore l’Asvel. Lorsque l’on parle du football espagnol, on pense surtout au Real Madrid et au FC Barcelone.
Et pourtant, ce sont deux clubs qui font partie du paysage sportif de leurs pays. La JL Bourg n’a pas un énorme palmarès, mais sa longévité dans le championnat français fait d’elle une institution majeure du basket français. Quant à l’Atletico Madrid, le club figure parmi les plus grands du championnat d’Espagne de football avec 11 titres de champion d’Espagne et 10 coupes d’Espagne.
Mais alors, pourquoi on ne pense pas souvent à eux ? Ce n’est pas sorcier de dire que le palmarès européen est très important pour marquer les esprits. Si les Colchoneros ont déjà disputé la finale de la Ligue des Champions, leurs deux rivaux ont été bien plus marquants. La JL, sans titre de champion d’Europe ou de gros parcours en EuroLeague, difficile d’être en haut de l’affiche.

De gauche à droite : James Dickey III, James Palmer Jr, Axel Julien, Alexandre Chassang, Frantz Massenat / équipe JL Bourg 2022-2023

C’est dur d’être sous-estimé alors qu’on pourrait bénéficier d’une plus grande lumière. Si les fêtes sont finies, on peut encore faire quelques cadeaux. Pourquoi ces deux clubs mériteraient un peu plus de visibilité ? Tout d’abord parce qu’ils sont tous les deux très redoutables face aux grosses écuries.
Dans le top 8 de la Betclic Elite (synonyme de participations probables aux Playoffs), sans compter la JL Bourg, on retrouve Monaco, l’Asvel, Paris, Nanterre, Nancy, Le Portel et Cholet. Parmi eux, cinq ont perdu contre les Burgiens. Monaco et l’Asvel ont résisté à l’envahisseur, mais les Villeurbannais ne sont pas passés loin de la défaite (74-80).

En Liga, l’Atletico est la seule équipe à avoir battu le Real Madrid, deuxième avec un match de retard, à un point du leader (Gérone). Face à Barcelone ou Gérone, l’Atletico n’a perdu que sur des scores serrés, avec un but d’écart.
Ça mérite bien un peu plus de reconnaissance, non ? Si cela ne vous suffit pas, rappelez-vous que cela fait plusieurs années que ces deux institutions sont dans le top 5 de leur championnat. Aller, un peu de statistique pour prouver qu’ils sont plus forts qu’on ne le pense.

Maxime Courby

Sur les cinq dernières saisons, Bourg est à quatre reprises dans le top 8 des meilleures attaques et des meilleures défenses de la Betclic. Prenons le même échantillon d’années pour le championnat d’Espagne de football, on en fait le même constat. Les Colchoneros apparaissent à quatre reprises dans le top 5 des meilleures attaques et défenses.
Décidément, ces deux-là ne s’arrêtent pas. Et des points communs, il y en a encore. Du moins, il en reste un.
Des deux côtés, il y a des joueurs emblématiques de par le temps passé au sein du club. Des vieux briscards ou des enfants de la ville, des amoureux du secteur ou les futurs maires de la commune, il y a des gens fidèles.
À la JL, le grand monsieur s’appelle Maxime Courby. À côté de lui, plus jeune, il y a un enfant du club qui a l’air de s’y sentir bien. Hugo Benitez, formé à la JL y est installé depuis 2018. Cette année-là, il joue ses premiers matchs avec les Espoirs.
À Madrid aussi il y a des joueurs emblématiques. On connaît la balle histoire du Français Antoine Griezmann, y évoluant de 2014 à 2019 avant d’y revenir en 2021. Il y a aussi Koke (2009) ou encore le gardien slovène Jan Oblak (2014) qui y sont depuis très longtemps, et encore bien d’autres…
Alors, la JL Bourg ne serait pas l’Atletico Madrid du basket français ?

De gauche à droite : Saùl, Koke, Giménez et Oblak (au club depuis 2012, 2009, 2013 et 2014)

Crédit photo : P.Ledez / Atletico Madrid

Commentaires fermés