798 vues 5 min 0 Commentaire

La réf : EP.8 : Limoges CSP / Olympique de Marseille

- 22 janvier 2024

Huitième épisode de « La réf », encore une fois, on compare un club du championnat de France à un club de football. Cette fois-ci, on reste dans l’hexagone, et on parle de deux monuments du sport français, se rappelant un peu trop de la gloire du passé. Alors, est-ce que t’as la réf ?

Lorsque l’on parle du basket français, on parle souvent de Cholet, l’Asvel ou encore Pau. Mais le rival de l’Elan Béarnais, le CSP Limoges, est aussi l’un des clubs auxquels on pense le plus. Du côté du football français, on pense beaucoup à l’AS Saint-Etienne, l’Olympique Lyonnais, le Paris Saint-Germain, mais surtout à son rival : l’Olympique de Marseille.
Lorsque l’on regarde de plus près, si l’on compte les trophées les plus importants des palmarès des deux clubs, on peut remarquer qu’ils ont le même nombre de trophées.

Au CSP, la vitrine abrite 27 trophées :
– 11 titres de champion de France
– 2 titres de champion de deuxième division
– 6 coupes de France
– 2 tournois des As
– 1 trophée du match des champions
– 1 coupe d’Europe des vainqueurs de Coupe
– 3 coupes Korać
Et surtout, le précieux, le titre du vainqueur de l’EuroLeague Si vous êtes forts en mathématiques, ça fait 27.

Pour l’OM, il y a aussi 27 trophées :
– 9 titres de champion de France
– 10 coupes de France
– 3 trophées des champions
– 3 coupes de la ligue
– 1 coupe Intertoto
Et enfin la plus importante, la coupe aux grandes oreilles, la Ligue des Champions. Encore une fois, ça fait 27.

Ce qui est encore plus fou, c’est qu’ils remportent l’EuroLeague et la Ligue des Champions en 1993. Est-ce une coïncidence ou alors le bon Dieu a fait en sorte que toutes les planètes s’alignent pour ces deux instituions ? Peut-être les illuminatis ? On s’égare…

Le CSP Limoges en 1993 après avoir remporté l’EuroLeague

Même si nous respectons beaucoup le CSP et l’OM, il faut dire que les supporters des deux camps ont un point commun, un peu plus fâcheux.
S’il y a bien des communautés qui vivent dans le passé et qui se raccrochent sans cesse à cela, et bien… Ce sont bien les Limougeauds et les Marseillais. Ne nous en voulez pas, c’est Massimo Cancellieri et les Parisiens sur les réseaux sociaux qui le disent, lol.
Si les deux n’ont pas remporté un trophée depuis longtemps (2015 pour Limoges, 2012 pour Marseille), ils rappelleront toujours qu’en 1993, ils ont marqué l’histoire. Un peu comme si on voulait faire jouer un joueur ou le sélectionner pour ses exploits précédents alors qu’il n’arrive plus à être convaincant aujourd’hui.
Sans eux, rien ne serait pareil, c’est vrai, mais le plus important se trouve dans le présent, n’est-ce pas ?

Merci pour Richard Dacoury, Frédéric Forte, Ed Murphy, Jean-Pierre Papin, Didier Drogba et Didier Deschamps, mais il faut tourner la page. Désormais, il faut revenir sur le devant de la scène européenne et montrer que vous méritez encore ce statut de « plus grand club français » que vous prétendez porter.
Deux grands clubs, peut-être les plus grands de France ? Deux monuments, deux grands clubs de leurs sports respectifs, mais surtout, qui rêvent un peu trop de la gloire du passé. Alors, est-ce que t’as la réf ?

Les joueurs de l’Olympique de Marseille en 1993 après la finale de Ligue des champions

Crédit photo : Screen Dailymotion de la chaîne L’Equipe / Olympique de Marseille

Commentaires fermés